Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Le soleil se couche sur Senard (Photo V. Kubler)
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Le soleil se couche sur Senard (photo V. KUBLER)
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Le soleil se couche sur Senard (photo V. KUBLER)
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Commune de Seuil d'Argonne
Actualités

Belle réussite pour la soirée du film documentaire

17/11/2019
Belle réussite pour la soirée du film documentaire


Une belle réussite avec 100 spectateurs




Dans le cadre du mois du film documentaire, la Bibliothèque Départementale de la Meuse en partenariat avec la bibliothèque de Seuil d’Argonne, a projeté le film :

« Les nouveaux guerriers des champs » de Claude Julie Parisot.

Marie-Claude, responsable de la bibliothèque, a remercié pour leur présence à ce lancement officiel du mois du film documentaire en Meuse :

Michel Colin, maire de la commune, Martine Aubry, présidente de la Codecom, Laurent Palin, vice- président de la Codecom chargé de la culture, Serge Nahant, conseiller départemental, Elisabeth Guerquin, vice-présidente du Conseil Départemental ainsi que Claude Julie Parisot, la réalisatrice et Gaël Caro, maître de conférence et chercheur.

Elle a aussi souligné le travail fourni en amont par les 5 bibliothèques, les 2 structures et la BDM avec les heures de visionnage, de discussions pour sélectionner  enfin 10 films parmi les 25 retenus dans un premier temps.

Les officiels ont, chacun à leur tour, pris la parole pour saluer cette opération rendue possible grâce au Département, à Imag’est (avec Anaïs Kronprintz) et aux bibliothèques.

100 spectateurs ont assisté à la projection du film puis au débat qui a suivi.

Le débat a été très fructueux. Gaël Caro a pu apporter des réponses claires quant à l’utilisation des insectes prédateurs dans l’agriculture en soulignant les bienfaits mais aussi les difficultés de ce procédé.

La soirée s’est terminée avec le pot de l’amitié autour d’une table offrant des pâtisseries et desserts variés préparés par les bénévoles. Ce fut aussi un moment d’échanges cordiaux.




Article de L'Est Républicain - édition du 12 novembre 2019

 

Claude-Julie Parisot, réalisatrice pour ARTE, France 5, le CNRS,…, et Gaël Caro, maître de conférences, docteur en écologie et enseignant chercheur à l’Université de Lorraine, ont animé les débats .

Une soirée pour lancer le Mois du film documentaire 

Une soirée a marqué le démarrage du Mois du film documentaire. Un groupe de travail, constitué de membres de la bibliothèque départementale de la Meuse et de bénévoles, avait sélectionné en amont 50 films, pour en retenir 10 qui seront ou viennent d’être projetés.

La soirée de lancement du 20e anniversaire du mois du documentaire s’est déroulée à la salle des fêtes en présence des responsables de la BDM (bibliothèque départementale de la Meuse), des bénévoles de la bibliothèque communale, du maire Michel Colin, de la présidente de la CCAA Martine Aubry. Cet événement depuis 20 ans accueille 150 000 spectateurs annuellement. Le groupe de travail (BDM, bénévoles) a sélectionné au départ 50 films, pour en retenir 10 après plusieurs réunions.

La réalisatrice Claude-Julie Parisot est venue présenter son film, Les nouveaux guerriers des champs, en compagnie de Gaël Caro, chercheur à l’université de Lorraine, docteur en écologie. Il est également agri-écologue et travaille avec des agriculteurs. Ce film porte sur les bio-pesticides et les micro-organismes dans l’agriculture. Elle a posé sa caméra au Brésil dans une culture intensive de cannes à sucre de 70 000 hectares et en Inde. Les agriculteurs brésiliens s’apercevant que les traitements chimiques n’étaient plus efficaces se sont alors tournés par obligation vers des traitements plus naturels avec l’aide de scientifiques.

Claude-Julie Parisot a tout d’abord rencontré scientifiques, agriculteurs et maraîchers avant de tourner celui-ci avec des images macroscopiques.

Il ne faut pas opposer culture bio et culture avec traitement

À l’issue de la diffusion du documentaire, Gaël Caro a expliqué qu’il faudrait revenir à des cultures avec des parcelles de plus petites tailles et agencées différemment. Il a ajouté que la culture c’est comme un nourrisson. Si on le surprotège, il ne développe pas ses défenses naturelles. Dans la culture c’est pareil. Si on utilise trop de pesticides, les plants ne cherchent plus à se défendre soulignant que ce changement doit être réalisé doucement, sans arrêter brusquement les pesticides. Il ne faut pas être extrémiste et opposer culture bio et culture avec traitement. Il faut réagir en fonction de son champ. Il a, ensuite, expliqué son travail, ses recherches et orientations, concluant « il faut trouver un équilibre entre le travail des agriculteurs et la nature ».

Le film a été primé en 2016 au festival international du film scientifique de Pariscience.




(Photos : N. Colin, M.C. Michel)














Mme Parisot, M. Caro et Carole de la BDM